Articles

Affichage des articles associés au libellé creation

être "jeune" de sa création...

Image
Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de ce qui se trouve encore proche de la Source, encore "vital" à la manière d'une information fraîche, neuve, vive !... De "ce qui vit" sans gangue trop canalisante encore—sans usure trop normalisante, ou sans anesthésie trop conformisante.
Cette "force vive" en nous, il nous faut l'identifier, la contempler, l'épanouir et la protéger ; la vivre, comme une trace ou une preuve de notre reliance / notre appartenance fondamentales à plus Grand, Universel ou Cosmique.
Créer : notre force intérieure... transpersonnelle (au sens d'au-delà de notre "personne"—ou persona courante). Notre capacité créatrice, comme témoignage discret de notre immanence, sensible au monde qui nous entoure : au point de le restituer, de le contester, de le transformer ! Car nous sommes capables de "transformer" ce que nous abordons et touchons : de libérer et de transmuter les énergies fossilisées et/o…

pas d'oubli sans alchimie...

Image
Un compte-rendu, autant qu'une réflexion, à propos de ce podcast de France Culture sur la notion d'oubli nietzschéen. Merci de lire après avoir écouté .)
Lire aussi : "L'oubli, condition du bonheur." (textes de Nietzsche)

Qu'est-ce que l'alchimie par rapport à l'oubli (dans l'acception classique du terme) ?
Oubli—état caractérisé par l'absence ou la disparition, en l'occurrence,des souvenirs ; la perte de la mémoire.Alchimie—art de purifier l'impur en imitant et en accélérant les opérations de la nature afin de parfaire "toute matière". Qu'est-ce donc que le transfert, voire même la transmutation, par rapport au "tranché dans le vide", ou la frontière ?

Ou alors : qu'est-ce que serait "les deux ensemble" ? Qu'est-ce que serait un "oubli alchimique" ?... Un oubli qui—en sus ou en essence, déplacerait et/ou "traiterait" activement ses contenus : qui les assimilerait, les digèrer…