être "jeune" de sa création...

Juvénile "source"
(akmi - dessin automatique numérique, 2019)
Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de ce qui se trouve encore proche de la Source, encore "vital" à la manière d'une information fraîche, neuve, vive !... De "ce qui vit" sans gangue trop canalisante encore—sans usure trop normalisante, ou sans anesthésie trop conformisante.
Cette "force vive" en nous, il nous faut l'identifier, la contempler, l'épanouir et la protéger ; la vivre, comme une trace ou une preuve de notre reliance / notre appartenance fondamentales à plus Grand, Universel ou Cosmique.
Créer : notre force intérieure... transpersonnelle (au sens d'au-delà de notre "personne"—ou persona courante). Notre capacité créatrice, comme témoignage discret de notre immanence, sensible au monde qui nous entoure : au point de le restituer, de le contester, de le transformer ! Car nous sommes capables de "transformer" ce que nous abordons et touchons : de libérer et de transmuter les énergies fossilisées et/ou gorgées d'incompréhensions, rancoeurs, souffrances,... et autres négativités. L'énergie-fossile contenue dans notre psychisme surchargé, dans notre mémoire vécue (lourdement éprouvée, mais aussi dignement illuminée), ne se perd pas ; au contraire, elle se décoince, se régénère, change de nature, et se recale dans d'autres perspectives. Cela, tout au long de notre vie (transpersonnelle).

Les jeunes gens (eux mêmes en grande transformation au moment de l'adolescence) sont à la fois plus fragiles—car pas encore complètement cadrés, structurés, et néanmoins "tendus" et "flexibles" comme de jeunes pousses. Les jeunes gens sont encore "émergents" : ils ont cette vigueur propre aux sources neuves ; ils "apparaissent" seulement : ce qu'ils manifestent—comme aptitudes, talents, inspirations, singularités,... vient (karmiquement) de loin, mais s'exprime "de près" (au plus près de l'information—non-dressée ou recouverte encore).
L'adolescence, c'est le moment d'une mutualisation entre l'élan créateur—intime (la touche ou la patte spécifiques) et le terrain récepteur—externe : l'environnement de l'inscription—qu'il soit familial, social, scolaire, associatif,... ou solitaire.
  • C'est le moment où intimité et externalité doivent pouvoir se parler, pour contractualiser des moments d'émergence—intime ou externe : des altérations ou développements personnels (physiques et psychiques), et/ou des oeuvres ou travaux transmissibles (matériels ou immatériels).
  • C'est le moment où le corps et l'esprit se forment et se structurent, non seulement par absorption / imitation ou simulation externes, mais aussi "sur le tas"—de manière réflexive, en considérant simplement ce dont ils sont capables et qu'ils peuvent produire : car il est important de "produire"... en continu ; important de manifester dans le champ du visible ce qui alors devient digne d'appréciation, d'ajustement, de complément ou perfectionnement ; ce qui "fait sens" pour l'heure, ce qui "fait signe" aussi, comme un marqueur sur le chemin de progression en cours. 
Toute fabrication d'histoire en passe par des miroirs... une succession de psychés—pour apprendre progressivement à "se connaître", se re-connaître, s'identifier... Une reconnaissance (de soi) en essence—qui engramme dans le corps les futurs plans d'action adéquats, et nous permet ensuite de spontanément "savoir nous comporter".

Prendre appui sur "sa création" nous permet de savoir "qui on est" : à la fois pour soi-même et pour les autres.
La création, à la fois comme émergence située et médiation altérisée.
La création—qui nous vient de notre Nature Profonde (pré-natale) et nous relie à nos racines purement spirituelles (en amont de nos parents). Visualisation et imagination créatrices nous portent comme les deux ailes d'un ange et nous intègrent à part entière dans le grand cycle cosmique. Nous somme Un avec nous-même ; et Un avec la Création.

Alors, dans ce contexte, il est si important d'écouter nos enfants, de les accompagner au fil de leurs réalisations... pour que tôt ou tard, ils enclenchent avec assurance et puissance, "ce qu'ils sont en vérité". Et qu'il "manifestent" !... jusqu'à leur Source, chacun selon sa Nature spécifique, unique et singulière, éveillée et inimitable.
Encourageons nos jeunes à grandir, non sur la base des normoses ambiantes, mais sur celle de leurs ressources propres—reliées certes aux contextes pour que cela "soit opérationnel" et "fonctionne".
Aimons le moment présent pour cela, et partageons-le avec eux. ...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

au coeur du processus : la création (de soi)

votre lumière arc-en-ciel

quelle singularité de soin ?

pas d'oubli sans alchimie...

les “niveaux” en psychanalyse