Articles

Affichage des articles associés au libellé psychanalyse-chromo-spirituelle

guérir par la couleur

Image
Série "HUMA". (acrylique et travail photo) La vie s'égraine et ses évènements se dissipent. Nous reste l'expérience—plus incrustée qu'elle fut intense. Une mémoire convoquée dans le vibratoire, l'émotionnel et le corporel—tous trois synchronisés en sagesse fondamentale. On n'en sort indemne qu'en assimilant cet élixir foudroyant au fil du temps dormant. Revenir aux niveaux ordinaires est difficile parfois, nous laisse dans le désarroi de l'incarnation redevenue artificielle et maquillée du point de vue de l'être, même si bienveillante et solidaire. Revenir de là-haut est tout autre chose. On ne se sent tout d'abord pas vraiment "chuter" ; tout est doux, cotonneux, protégé. On est porté, comme prolongé en une médiation trans-temporelle. On est ici, maintenant, mais encore en ce lieu, en cet instant, hors mesure commune. Ce moment était-il coloré ? Ou plus éloigné encore de la norme et du phénomène connus ? Quelle est le quale de l

l'angoisse... etc...

Image
Certaines personnes sont plus aptes que d'autres à travailler sur elles-mêmes —en fonction de leur état du moment. Quelle capacité cela nécessite-t-il ? Une lucidité temps réel ; pour cela, une distanciation tranquille, doublée d'une implication authentique. Décrire, tenter de comprendre... comment, sur quel terrain, l'angoisse s'articule et enracine ses souches, du simple doute à la totale panique ! L'angoisse, c'est le corps qui la génère : quel est donc son langage ? que traduit-il de dysfonctionnement entre soi et soi, soi et l'environnement ? Pourquoi la confiance fondamentale s'est-elle fait la belle, au profit d'un chaos sensitif douloureux. L'angoisse, c'est physique ! c'est chronique : ça s'installe comme un arrière plan à tout—avec des fluctuations, des pics et des rémissions. Et si l'angoisse était notre plus gros mensonge ? La sensations de mon corps est fébrile ; l'alerte d'un danger imminent en mo

ce qui me fait "aimer" la psychanalyse...

Image
Je continue d'être psychanalyste et me passionne pour cette pratique. Car plus encore qu'une profession, la psychanalyse est une mise-en-mouvement... Celui de la psyché qui espère, peut-être, faire surgir le "miroir cosmique" d'elle-même —bien plus profond que les évènements mentaux et émotionnels qui souvent viennent le (re)couvrir de manière bien égotique. Our "original state of being", according to Trungpa, is one of "nowness", beyond of confusion and preoccupation with the past and future. This primordial state is the "cosmic mirror" (...).   Trungpa: "This unconditioned state is likened to a primordial mirror because, like a mirror, il is willing to reflect anything, from the gross level up to the refined level, and it still remains as it is. The basic frame of reference of the cosmic mirror is quite vast, and it is free from any biais : kill or cure, hope or fear". Selon Trungpa, notre "état originel"