Articles

Affichage des articles associés au libellé vacuite

l'origine du sans-fondement existe-t-elle ?

Image
Est-ce sensé de parler d'origine ?... quand on prend la perspective "du sans-fondement". A priori, non. Toute origine est "relation" de deux agents eux-mêmes individuellement originés au sein d'une relation. Ce processus de genèse, à partir d'une interdépendance diffractée et sans fond, est par conséquent dépourvu d'origine en son essence.  " Les origines des mondes" se retrouvent en mille lieux éclatées : autant d'origines que de points d'émergence situés et distribués. Elles forment comme un tissu ou espace-temps de naissances—une génération spontanée au-delà des relations-mères qui les ont engendrées. Ou encore, les "origines sphériques" constituent la substance d'une méta-monade à x dimensions, alimentée par ce que l'on nommera des "circularités créatives" (F. Varela) —qui ne sont autres que la résultante d'épopées génératives mutuellement co-contraintes. Il n'y a donc pas d'origine uni

transparent

Image
Il est des douleurs qui nous affligent, et ce n'est pas parce qu'on se les inflige... "Toi, c'est moi". Quand la douleur de l'autre nous oblige parce qu'on en est l'auteur... et que le travail des années n'a plus de prise sur l'évolution de l'évènement lui-même—devenu hors de portée dans l'espace-temps. Tout s'est figé, sauf nous—qui poursuivons dans le tourment. Ce qui, à un moment tendu, aigu, a été "lié"... pour le pire de nous (le "toi, c'est moi") continue de nous coller sans bouger. Atemporel et cruel. Si l'on pouvait communiquer. Si seulement... Faire avancer une conversation, une compréhension, tout le contraire d'une évasion. Le visible se ramasse sur lui-même, tandis que son corollaire, l'impénétrable "invisible", semble nous toiser, nous glisser, nous tromper ou nous fuir. Si l'on pouvait s'accorder, s'expliquer... non pas se justifier, mais se contrir. Une seule v

"chat" et vacuité - sunya'chat

Image
Blue Faun. Un drôle d'article en perspective. Connaissez-vous les chats ? Leur nature, leur mystère ? Leurs épouvantes et leurs voluptés ? Non ?... Je vais vous en parler. Un chat, tout d'abord, le plus souvent, en appartement, c'est toqué. Les TOCs, vous connaissez. Ici, ce sont des routines de réassurance sur des territoires conquis, des habitus acquis, des excitations attendues, des jouissances connues. Un chat se rassure et se lance des bravades : il se calme en ronronnant, se défie lui-même en s'hérissant, s'étourdit en grondant et en crachant. Un chat fondamentalement joue le temps, expérimente l'espace, ouvre et gesticule la vie en toutes ses possibilités ; et un chat égotiquement resserre ses possessions, ficelle et affirme ses connaissances, retrace sa géographie, re-parcourt ses propres foulées. Mobile, agile et audacieux, plastique et gracieux, un chat se mire dans lui-même pour sa propre satisfaction immédiate, fière et facile. Tendre, chaud et félin

fleurs-de-vies

Image
Improvisation sur une géométrie de l'invisible Deux nuances de bleu Une apparition. Pure contemplation... L'appel discret et puissant de l'Autre en soi. L'autre—jeune Yang ; l'Autre—Tao infini. Un épanouissement comme une fleur ouverte, riche de tous ses parfums. Des ondes perçues, multi-sensorielles. Un continuum en mutation d'un bleu à l'autre : de l'azur à l'outremer. La vue, l'ouïe, l'odorat... et peut-être même le goût et le toucher, sont sollicités. Question de fréquence vibratoire plus ou moins élevée... Incarnation de la transcendance plus ou moins totale, ou approfondie. Pour nous, la différence probable entre l'Ange et l'Archange. Plus qu'une représentation, une passerelle vers la perception... de ce qui est plus ou moins "creusé", de ce qui est part contributrice de l'Alliance en cours de process ou bien émanation même de cette Alliance réalisée. Mon "petit azur" joue son rôle aux côtés de nous.