Articles

Affichage des articles du février, 2019

"les autres", gouffre ou appui ?

Image
"Ce qui n'est pas soi" (ou perçu comme tel)... à quoi cela nous sert-il ?
Est-ce là pour nous accabler, nous enfoncer, nous nier ? Ou cela joue-t-il le rôle de miroir, de temporisation, de terreau, de tuteur ? Déformation, écrasement, annihilation ? ou nourriture, dynamique, modération ? Haine, bêtise, ignorance ? ou jeu, lien, amour ?
Un seul mot : le "créateur" de la relation avec l'autre, c'est avant tout nous-même.
J'organise ma verticalité : mon autonomie, mon ancrage, ma force de créativité / de proposition—avec inventivité et identité pour moi-même. A quoi, à quelles valeurs, je m'identifie dans l'absolu ?J'organise mon ouverture : comment je décide de "percevoir" ce qui m'arrive sans le subir ; comment je positionne mon jugement afin que celui-ci soit juste, équilibré, équanime ; puis comment consciemment, je projette mon retour intentionnel et mon action, afin que mes comportements n'aient pas à souffrir des host…

être "jeune" de sa création...

Image
Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de ce qui se trouve encore proche de la Source, encore "vital" à la manière d'une information fraîche, neuve, vive !... De "ce qui vit" sans gangue trop canalisante encore—sans usure trop normalisante, ou sans anesthésie trop conformisante.
Cette "force vive" en nous, il nous faut l'identifier, la contempler, l'épanouir et la protéger ; la vivre, comme une trace ou une preuve de notre reliance / notre appartenance fondamentales à plus Grand, Universel ou Cosmique.
Créer : notre force intérieure... transpersonnelle (au sens d'au-delà de notre "personne"—ou persona courante). Notre capacité créatrice, comme témoignage discret de notre immanence, sensible au monde qui nous entoure : au point de le restituer, de le contester, de le transformer ! Car nous sommes capables de "transformer" ce que nous abordons et touchons : de libérer et de transmuter les énergies fossilisées et/o…

pas d'oubli sans alchimie...

Image
Un compte-rendu, autant qu'une réflexion, à propos de ce podcast de France Culture sur la notion d'oubli nietzschéen. Merci de lire après avoir écouté .)
Lire aussi : "L'oubli, condition du bonheur." (textes de Nietzsche)

Qu'est-ce que l'alchimie par rapport à l'oubli (dans l'acception classique du terme) ?
Oubli—état caractérisé par l'absence ou la disparition, en l'occurrence,des souvenirs ; la perte de la mémoire.Alchimie—art de purifier l'impur en imitant et en accélérant les opérations de la nature afin de parfaire "toute matière". Qu'est-ce donc que le transfert, voire même la transmutation, par rapport au "tranché dans le vide", ou la frontière ?

Ou alors : qu'est-ce que serait "les deux ensemble" ? Qu'est-ce que serait un "oubli alchimique" ?... Un oubli qui—en sus ou en essence, déplacerait et/ou "traiterait" activement ses contenus : qui les assimilerait, les digèrer…

le dessin, ça peut être "automatique"...

Image
Mes dessins ne sont pas "des pensées". Ils ne sont pas pensés. Mais d'où sont-ils "pensés" alors ?... Car mon esprit est présent.
Cet esprit qui me guide avec bienveillance en exprimant sagement ce qu'inconsciemment je contiens.
Et vous ? Feriez-vous confiance à ce que vous auriez du mal à nommer ? Et alors même que vous auriez du mal à le décrypter ?
Les messages sont archaïques, animaliers, monstrueux, anamorphosés, gracieux, enfantins ou magiques,... liés, enchaînés ou recomposés.
Des rébus peut-être joyeux. Des repères jamais fatigués.
L'automatisme au service de révélations discrètes, et souvent incompréhensibles.
Une mosaïque de (non)sens qui fait sens symbolique coloré.
Une aura reconstituée. Une présence identifiée. ...
Des chakras qui éclatent—chacun selon sa force propre, et dont les énergies émergent en organicités synchronisées.
Un petit monde—comme un éco-système local protégé.
Ceci est "mon esprit". Pas celui que "je sais&qu…