30 ans

Techniques Mixtes. Ak Mi (1990-220). Quelques spécimens.
Cliquer pour rendre "net".

... de peinture irrégulière. De recherche obstinée. De demande secrète. D'attente communicante. De réceptivité imparfaite. De pénétration extra-sensorielle. De transfert de l'onde à la matière. De captation de l'errance. De récupération dans la forme. De réparation du dé-corporé. De noeud entre l'inconscient et l'apparence. D'alliance entre l'invisible et le visible. De soulagement des deux côtés.
Ces multiples apparitions sont des cadeaux. Je leur donne ma force vitale et mon énergie créatrice pour qu'elles se disent et se libèrent en tant que karmas (en)fermés. Quelque chose de l'ordre d'un flux alors me charge et me quitte... Des bouts de passé ; des empreintes symboliques altérées ; des obsessions galvanisées ; des passions re-naturées ; des inscriptions surnaturelles ; des échos d'échos ; des élans venus du futur... Des images.
La puissance du rassemblement, l'architecture de la synthèse, l'humilité du recueil—tous autobiographiques, c'est de pouvoir se retrouver là, dans cette vie-ci encore, à montrer "cela", simplement comme on ouvre les mains. Mon coeur bat... dans la trame encore vivante de cette existence-ci. Je demeure dans la conscience de son achèvement, dans la confiance de son don. Tenue discrète jusqu'ici, cette oeuvre fait son chemin... grâce aux rencontres. Des karmas liés aux expériences trans-humaines, l'explicitation de l'incarnation sous nos yeux tendrement, impitoyablement, se déplie. "Je suis". ... ..
Je voudrais, à la main, ramasser toutes ces organicités—physiques et psychiques, et les faire s'auto-organiser en un gigantesque corps d'Amour transfiguré dans l'éternité. Toute cette souffrance, ce brouillon, cette impasse, cette drôlerie, cet abandon,... les faire atterrir dans la seule pertinence de nos présences encore informationnellement intriquées.
Beaucoup d'animaux. D'êtres imparfaitement ébauchés, achevés. De créatures "à moitié". Beaucoup trop peu d'entités éveillées... Quelque chose que je souhaiterais comprendre. Pour, en moi, le guérir, l'ouvrir et le nourrir. Pour, en dehors de moi, le donner à la nature d'un monde plus évolué. Je pousse comme je peux... Je reçois peut-être encore peu... Peu des atmosphères les plus élevées. Alors, j'appelle.
Mon attachement au "plus petit" pèse dans la balance, me lie à ses maux, m'infuse sa détresse. Je suis sensible à son cri. Alors j'hésite : pourrais-je m'envoler, que je ne décollerais peut-être pas. Mes larmes pour sauver la victime de son bourreau, pour délivrer le moins bien placé de l'injustice qu'il subit—l'animal le plus souvent, sont des prières. L'action ?... un chemin de croix, une résistance vaine, une velléité sans espoir, un Sisyphe meurtri, détruit. Alors, autrement je parle... Autrement je trace. Je laisse des tâches...
Pour qu'entre nous, l'amitié se fasse par-delà nos limites de vie (et de mort). J'enlace les Anges de tous ces agneaux de vie. De ceux, sacrifiés, dont l'éther perdure dans d'autres dimensions, pourtant arrêtées. J'interviens pour faire circuler des populations entières d'archétypes individualisés, dans des chairs revivifiées. En somme, je rêve toute la journée...
:)... L'ancre des "médiateurs" réside dans l'oubli d'eux-mêmes. Afin que, dans l'angle mort—l'espace aveugle ou tu—de la Création, ils puissent se remplir des "altérités" à l'origine de leur légitimité : collatéraux, nous naissons ; interpénétrés, nous mourrons. Je vous présente donc principalement ceux que je peuple (sur le papier), et dépeuple (dans le karma).

Ak Mi, 15 oct. '20 - 14h45

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

au coeur du processus : la création (de soi)

votre lumière arc-en-ciel

quelle singularité de soin ?

la succession des "mondes"...

pas d'oubli sans alchimie...